Je commence par la fin pour vous donner les recettes de notre menu de Thanksgiving avant l’heure… En effet, le temps me manque et je vais au plus rapide.

J’ai suivi la recette de Kashyle en y apportant juste 3 modifications :
– j’ai doublé les quantités puisque nous allions être 14
– je n’ai pas mis d’épices dans le chocolat, jugeant qu’il y avait assez d’épices dans le reste du repas
– j’ai utilisé ma pâte brisée habituelle en y ajoutant juste un peu de sucre, chose que je ne fais pas habituellement mais qui m’est apparue importante pour cette tarte sucrée.

Le résultat ? Le seul dessert pour lequel je n’ai eu aucun reste… A tomber !

Tarte chocolat pécan

tarte-pecan-chocolat-02

Vous trouverez la recette d’origine en cliquant sur le lien vers le blog les Délices de Manon, et je vais vous indiquer précisément ce que j’ai fait.

La pâte :

300g farine + un peu pour étaler la pâte
150g beurre beurre très très froid en petits morceaux + un bon peu pour le moule
1/2 ccafé sel
2 csoupe sucre
100g eau très froide

Mélanger la farine avec le sel et le sucre. Ajouter le beurre et sabler du bout des doigts. Ajouter l’eau petit à petit jusqu’à ce que le sable s’agglomère et qu’il devienne possible de former une boule. Étaler sur un plan de travail juste fleuré d’un voile de farine et transférer dans un moule préalablement beurré. Entreposer au congélateur jusqu’au moment de l’utiliser soit au minimum 15 minutes.

J’ai fait ma pâte avec l’aide de Max le Momix : J’ai mis farine, beurre sel et sucre dans le bol en mettant bien le bouchon et actionné le turbo 2 ou 3 secondes ; en soulevant légèrement le bouchon, j’ai vu le sable, j’ai ouvert le couvercle pour regarder si tout était entièrement sablé, c’était le cas, j’ai remis le couvercle et ajouté presque toute l’eau. J’ai remis le bouchon et activé le mode pétrissage (l’épi) pour 1 minute. Au bout de 15 secondes, j’ai enlevé le couvercle et surveillé. Dès que la boule a commencé à se former, ce qui signifiait qu’il y avait assez d’eau (sinon j’en aurais ajouté un peu) j’ai arrêté et sorti la pâte pour l’étaler sur mon plan de travail fariné. J’ai soigneusement déposé la pâte dans mon plus grand moule rond beurré et remisé au congélateur jusqu’au moment de cuire la garniture.

La garniture :

180g de cassonade
350g de Golden syrup (ou du miel doux ou encore du sirop d’érable)
80 g de beurre
200 g de chocolat noir
6 œufs
120 ml de crème entière

Préchauffer le four à 180°C.

Fondre le beurre, la crème et le chocolat doucement (le chocolat n’aime pas aller à plus de 50°C) et mélanger avec les autres ingrédients.

Avec Max le Momix j’ai fait mon 1er essai de ganache au chocolat grâce à cette recette, et franchement, plus jamais de ganache sans Max ! Trop facile ! Inratable !
J’ai mis les pastilles de chocolat dans le bol et mixé 10 secondes/ vitesse 10. J’ai ensuite rabattu le chocolat à la spatule. Il y avait encore quelques morceaux. J’ai programmé 5 minutes/50°C/vitesse 1. J’ai ajouté le beurre et la crème et programmé 1 minute/50°C/vitesse 1. Au bout de la minute, je me suis aperçue que le beurre était resté au sommet des couteaux, sans être mélangé ! Alors je l’ai déplacé avec la spatule et j’ai reprogrammé la même chose. J’ai regardé, ce n’était pas une ganache parfaite, alors j’ai commencé, tout en surveillant par le trou, à mixer en augmentant un peu la vitesse, et le noyau lisse et brillant, symbole d’une ganache parfaitement réussie, est apparu comme par magie ! J’ai ajouté la cassonade et le golden syrup, mélangé vitesse 1, puis 2, à l’oeil. Ça s’est mélangé sans que la cassonade fonde. La température ayant baissé dans cette opération, la ganache a fait des « rides sèches » ; j’ai ajouté les 6 oeufs et mélangé, toujours en surveillant, une main sur le sélecteur de vitesse et l’autre sur le bouchon pour le soulever juste de quoi jeter un oeil… Je ne sais pas à quelle vitesse exactement, mais pas trop vite, c’est sûr, parce que je ne voulais pas faire foisonner les oeufs.

Quand le four est chaud, sortir la pâte du congélateur, verser la garniture au chocolat et enfourner pour 15 minutes. (10 minutes pour Kashyle, mais elle avait la moitié de garniture par rapport à moi !)

Pendant ce temps, trier les noix de pécan pour ne garder que les plus belles.

Au bout de 15 minutes, sortir la tarte et agencer le plus joliment possible les cerneaux de noix. Remettre au four pour 30 à 40 minutes environ. Il en a bien fallu 40 pour moi !

tarte-pecan-chocolat-01

Comme vous pouvez le voir, la tarte, à la sortie du four, est toute gonflée. Elle va reprendre des proportions normales en refroidissant.

Une autre remarque : je ne sais pas si vous avez vu, mais j’ai 2 moules superposés. En effet, le moule que je voulais utiliser a un fond amovible. C’est super pratique pour démouler sur un plat de service, mais malheureusement, sa manipulation est risquée, on peut sans le vouloir déplacer le fond par rapport aux parois… et déchirer la pâte. Alors je résous ce souci en mettant mon moule à fond amovible dans un moule « fixe », et j’enlève le moule « fixe » juste au moment d’enfourner. Sauf que là, submergée de tâches à réaliser en cuisine, j’ai zappé cette étape… Du coup, ma pâte n’était pas tout à fait assez cuite au fond, et juste assez sur les bords. Dommage, mais bon, c’était très bon quand même. La preuve en était l’ovation générale suscitée par ce dessert. On ne peut pas en dire autant du gâteau à la courge et aux épices et du cobbler aux coings… lol !

thanksgiving-04

Nous avons fait 16 parts dans cette tarte. Pas de restes !

Un immense merci à Kashyle pour cette recette exceptionnelle qui a reçu tous les suffrages !

Print Friendly
oct 272014
 

Le 18 octobre, nous avons fait une grande réunion de famille, nous étions 14 à table. Que faire à manger ? Notre choix s’est porté sur un menu de Thanksgiving, car mes fifilles n’avaient jamais eu la chance d’en vivre un à la maison. En effet, quand nous habitions aux US, nous avons été 2 fois invités à partager cette fête traditionnelle, mais nos fifilles étaient trop petites pour apprécier autre chose que la viande et la purée…

Après une intense recherche de recettes sur internet (je remercie d’ailleurs mes ami(e)s Facebook qui m’ont expliqué comment faire ma pumpkin purée moi-même), nous avions défini le menu « parfait », qui devait impérativement pour nous comporter dinde avec farce et « gravy », maïs, courge, patate douce, cranberries et noix de pécan. Parce que c’étaient les ingrédients de base d’un Thanksgiving des états du Sud (nous étions en Géorgie) tel que nous l’avions vu là-bas, même si ce n’est peut-être pas la règle commune à tous les « vrais » américains.

Seulement allez trouver une dinde en octobre… Ou des cranberries fraîches…

Après moult délibérations, changements de menus et consultations auprès de mon boucher préféré que je remercie au passage, la dinde s’est transformée en 2 mini chapons, et la cranberry sauce en chutney de coing…

Aujourd’hui dans ce billet je vais vous raconter notre menu, et dans les billets à suivre vous trouverez les recettes. Il y a peu de photos, car quand on cuisine pour 14, on est bien occupé, et les photos, ben c’est un peu si on y pense… ;-)

Menu de Thanksgiving avant l’heure

Apéro :

houmous maison
tapenade maison
pain oriental
batonnets de carotte, radis et petits bouquets de chou-fleur
involtinis (du commerce cette fois)
Vous pouvez cliquer sur les liens pour trouver mes recettes.

Pas d’entrée. Nous avons pensé qu’il y aurait assez à manger comme ça ! lol !

Plat principal :

thanksgiving-02

minis chapons farcis à la farce « simple » avec de la gravy
purée de pomme de terre (pas besoin de recette pour ça !)
purée de patate douce et pomme de terre aux épices et noix de pécan
riz 3 couleurs aux cranberries séchées, noix de pécan et persil
gratin de maïs au parmesan
chutney de coing
Haricots verts sautés à l’huile d’olive (pas besoin de recette pour ça !)

dessert :

thanksgiving-04

tarte chocolat pécan adaptée d’une recette de Kashyle/les délices de Manon
cobbler aux coings
gâteau à la courge et aux épices
Si la tarte était exceptionnelle, le cobbler était extrêmement vanillé et sucré, par conséquent écoeurant, tandis que le gâteau à la courge et aux épices était bon mais très loin d’être parfait : cuisson insuffisante sur les bords, goût de farine pas cuite, malgré 50 minutes de cuisson dans un moule à cheminée. Je préfère donc ne pas donner ces 2 recettes.

Voilà ! Les recettes pour l’apéro sont déjà en lignes, et le détail des autres recettes le sera dès que possible !

Et ensuite il ne restera plus qu’à vous raconter comment nous avons réutilisé les restes… Car un Thanksgiving sans restes, c’est pas un Thanksgiving ! ;-) Bref, une semaine entière sur les restes… On n’en pouvait plus !

Bon appétit !

Print Friendly
 

Tiens, dans la série anti gaspi, j’ai trouvé une autre recette encore pour ne pas jeter un reste de pain au levain aussi sec que du béton !
Ben oui, je suis désolée de vous le dire, mais parfois il y a des restes de pain chez moi, aussi durs que du béton… Parce que j’achète un pain au levain au marché bio le mercredi et que ce pain se conserve super longtemps… Les premiers jours on le mange tel quel, ensuite on le passe au grille pain… Et il reste comme ça, délicieux, plus d’une semaine. Et après une bonne semaine, on n’arrive plus à le manger, alors qu’il est encore bon… Savez-vous pourquoi ?
Parce qu’il est tellement dur qu’on n’arrive même plus à en couper des tranches… Enfin, on arrive à couper des formes bizarres, cassantes, impossibles à passer dans un grille pain !

Ce que je trouve idéal pour ne pas gaspiller du pain « blanc » bien sec, c’est la chapelure. Là, j’avais un pain au levain, aux graines de lin et de tournesol…

Et puis je suis tombée par hasard sur cette recette :

Tomates et courgettes gratinées aux restes
de pain au levain

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-06

Traduit et adapté du magazine Delicious d’aout 2014, tomato and courgette gratin with sourdough crumbs

Oui, le même magazine, le même numéro en plus, que la recette de la tarte au chutney de tomate que j’ai trouvée pas bonne du tout au point de n’en garder que le chutney à mettre dans une vinaigrette ou pour accompagner un plat en tant que condiment… Je dois aimer vivre dangereusement ! lol !

Pour un gratin pour 4 personnes, il vous faudra :

4 à 6 petites courgettes toutes jeunes : vous allez les couper en cubes et en remplir le plat donc jugez à l’œil des courgettes qu’il vous faudra selon le plat à gratin que vous aurez choisi
6 à 8 tomates selon leur taille : vous allez les couper en rondelles et en recouvrir le plat donc jugez à l’œil comme pour les courgettes.
1 oignon
4 filets d’anchois à l’huile
1 micro-poignée de menthe fraiche (il fallait 1 poignée de persil mais je n’en avais plus, pas même surgelé… et la mente, c’est fort, alors j’en ai mis très peu en regard des 2 autres herbes)
1 poignée de basilic frais
1 poignée d’origan (frais, bien sûr, sinon remplacer par une autre herbe fraiche de type méditerranéen mais pas du thym, ça serait trop fort au goût… ou bien alors juste 1 brindille peut-être…)
50g de reste de pain au levain
25 à 50g de parmesan
QS huile d’olive, sel, poivre

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-05

Préchauffer le four à 210°C/190°C chaleur tournante/gaz 6 1/2

Chauffer une poêle wok ou une sauteuse anti adhésive avec un bon peu d’huile d’olive.
Couper les courgettes en dés d’environ 2cm de côté (en 2 dans la longueur, encore en 2 dans la longueur, puis des tronçons de 2cm) et les faire sauter sur feu vif pour les colorer légèrement. Il faut faire vraiment sur feu vif. En effet, sur feu pas assez fort, les courgettes vont se transformer en purée mollassonne, et perdre du volume, du coup, avec 4 petites courgettes vous n’arriverez même pas à nourrir 2 personnes ! Procéder en plusieurs fois si nécessaire : trop de courgettes d’un seul coup ferait trop baisser la température de la poêle et ça ne dorerait pas.
Pendant ce temps, couper des rondelles de tomate en nombre suffisant pour recouvrir la surface de votre plat à gratin.

Quand les courgettes sont bien dorées (mais pas cramées !) les verser dans le plat à gratin. Saler (peu) poivrer (généreusement). Recouvrir avec les tranches de tomate. Ne pas saler. Ajouter un mince filet d’huile d’olive puis enfourner pour environ 20 minutes : les tomates doivent commencer à se rabougrir sur les bords.

Pendant ce temps, hacher finement l’oignon et les filets d’anchois, et faire sauter ce hachis dans une poêle avec un peu d’huile d’olive sur feu vif en remuant en permanence. Là aussi, on veut une légère coloration. Je me suis demandé si je n’allais pas faire faire ce travail par Max le Momix, mais non, je n’aurais pas eu de coloration de mon oignon aux anchois. Donc Max m’a haché mon oignon et mes anchois (5sec/vit5), j’ai ouvert, vu qu’il restait encore quelques morceaux, rabattu à la spatule et relancé quelques secondes. Mais j’ai fait revenir mon hachis à la poêle.
Réserver.

Normalement, quand vous en arrivez là, les tomates ont dû commencer à « friser ». Vous pouvez donc sortir votre plat du four, mais laissez bien le four en chauffe.

Hacher grossièrement les herbes fraîches (ce que j’ai fait au couteau) et en saupoudrer régulièrement la surface du gratin.

Par dessus, répandre le hachis d’oignon.

Déchirer le pain au levain en très petits morceaux et les répartir sur le hachis d’oignon. Bon, inutile de vous dire que je n’aurais jamais pu déchirer le moindre morceau de mon reste de pain. Du béton, je vous le rappelle ! J’ai essayé d’en tirer 2 tranches à peu près régulières que j’aurais ensuite coupées en petits cubes, mais même ça je n’y suis pas arrivée. J’ai tranché comme j’ai pu avec mon super couteau, c’était tout tordu, je ne suis pas arrivée à recouper mes tranches (enfin si on peut appeler ça des tranches) de façon à peu près régulière, alors je me suis dit que Max le Momix arriverait peut-être, lui, à me faire des petits morceaux. Pas de la chapelure, mais des petits morceaux. J’ai mis vitesse 10, sans nettoyer le bol après mes oignons et sans préciser de durée et j’ai regardé par le petit trou… Et j’ai obtenu une chapelure assez grossière qui m’a paru parfaite…  et que j’ai de suite versée sur mon plat.

Râper le parmesan, entre 25 et 50g selon la surface que ce râpé devra recouvrir, là encore c’est à l’oeil !  Max le Momix m’a fait ça en un peu moins de 20 sec / vit 7 dans son bol vidé mais pas nettoyé: quand les couteaux tournent dans le vide, c’est fini !
En recouvrir le gratin.

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-01

Remettre au four pour 5 à 10 minutes.

Tan daaaaaan !

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-02

Il est beau, et puis surtout qu’est ce qu’il sent bon !
Quand on sert les parts, on découvre que le résultat n’est pas du tout sec, au contraire !

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-03

Voilà, c’était bien réussi !

courgette-tomate-gratinee-pain-levain-04

En version petites cocottes individuelles, ça doit être encore plus sympa ! Faudra que j’y pense, tiens, à l’occasion d’un repas entre amis.

Bon appétit !

Print Friendly
 

Toujours suite à l’émission de M6 sur le gaspillage, et ainsi que je vous l’avais annoncé dans mon billet précédent, je me suis occupée des concombres. J’ai cherché sur internet des recettes de concombre cuits, puisque c’était franchement trop tard pour les manger crus en salade, ils étaient mous… Très très mous… Mais pas pourris, hein, du tout !

Je savais déjà que c’est bon, le concombre cuit, d’ailleurs je fais régulièrement ce poulet sauté au concombre et shiitake, et ce bien souvent sans les shiitake d’ailleurs… Mais je voulais changer.

Bref, j’ai cherché sur internet et je suis tombée sur ceci :

Concombres sautés au lait de coco

concombres-sautes-au-lait-de-coco-10

Traduit et adapté d’une recette du site « Bon appetit », spiced cucumber and coconut milk

Pour 2 personnes qui ne mangeront que ça, servi avec du riz.

1 ou 2 concombres selon leur taille.
2 petites tomates
4 oignons verts chinois ou 1 oignon botte ou cive ou cébette
1 piment rouge langue d’oiseau (facultatif) (2 dans la recette d’origine !)
1 grosse gousse d’ail
125ml lait de coco (j’en ai mis un peu plus car ma briquette faisait 200ml et je voulais limiter le gaspi ! J’en ai quand même jeté un peu…)
1 1/2 ccafé miel
1 jus de citron vert + 1 autre citron vert pour ajouter quelques gouttes sur les assiettes
1/2 bouquet de coriandre, les feuilles seulement
QS huile végétale neutre en goût, sel, poivre noir du moulin

concombres-sautes-au-lait-de-coco-10

Peler les concombres, les couper en rondelles de 1/2cm.
Peler, dégermer et hacher l’ail.
Peler les tomates, les épépiner et les couper en petits dés.
Ciseler finement l’oignon et le piment (j’ai gardé les graines, car le lait de coco adoucit beaucoup le piment)
Presser le citron vert pour en avoir au minimum 1 csoupe.

concombres-sautes-au-lait-de-coco-01

Chauffer un peu d’huile sur feu moyen dans une grande sauteuse anti adhésive. Y faire revenir les rondelles de concombre jusqu’à ce qu’elles deviennent transparentes.

concombres-sautes-au-lait-de-coco-02

D’après la recette, ça prend 1 minute. Il m’en a fallu plutôt 4… et j’ai eu un joli début de coloration qui n’était pas nécessaire mais moi j’aime bien quand c’est léger, pas caramélisé, juste un peu ambré, quoi.

concombres-sautes-au-lait-de-coco-03

La recette dit de saler à ce moment là, je n’ai pas voulu pour ne pas faire rendre toute son eau au concombre donc j’ai attendu plus tard pour le faire.

Ajouter oignon, ail, piment et tomate, mélanger

concombres-sautes-au-lait-de-coco-04

et laisser revenir 3 ou 4 minutes, l’ail et l’oignon doivent être cuits (donc mous, l’ail et le blanc d’oignon quasi transparents, et la tomate rosée au lieu de rouge).

concombres-sautes-au-lait-de-coco-05

Ajouter le lait de coco et le miel, mélanger et mijoter tout doucement 2 ou 3 minutes, le temps de réaliser l’assaisonnement.

concombres-sautes-au-lait-de-coco-06

L’assaisonnement, disais-je donc. Saler (j’ai commencé avec 1 ccafé de nuoc mam, j’ai goûté, et j’ai ajouté du sel au goût. Très honnêtement le nuoc-mam n’apporte rien, contrairement à ce que je pensais.), poivrer, ajouter 1 1/2 ccafé de jus de citron vert, mélanger, goûter et rectifier : Trop salé ? du miel. Trop sucré ? Du citron vert et/ou du sel. Trop acide ? Du miel. Et ainsi de suite jusqu’à ce que ça soit juste pile poil parfait à votre goût.

Ôter du feu pour ajouter les feuilles de coriandre

concombres-sautes-au-lait-de-coco-07

en en réservant quelques unes pour la déco des assiettes, mélanger.

Servir avec du riz basmati vapeur, arroser de quelques gouttes de jus de citron vert et décorer des feuilles de coriandre réservée.

concombres-sautes-au-lait-de-coco-09

Un régal !

Bon appétit !

Print Friendly
 

Est-ce que vous avez regardé l’autre soir sur M6 l’émission sur le gaspillage alimentaire ? Moi oui. Et j’avoue que je fais partie des gens qui jettent parfois des choses… mais pas à la poubelle ! Déjà, nous compostons, donc jeter un légume abîmé devient un geste utile puisqu’ensuite nous utilisons le compost dans le jardin. En ce qui concerne les protéines animales, que ce soit viande ou poisson, là par contre il est extrêmement rare que nous jetions. Quand ça approche trop la DLC, nous congelons. Tout simplement.

Toujours est-il que cette émission m’a « interpelée quelque part », comme on dit… Et j’ai regardé avec attention le contenu de mon bac à légumes dans le frigo, ainsi que la panière à fruits et tomates, en me disant que cette fois, plutôt que de nourrir le compost, je trouverai quelque chose à cuisiner. J’avais des tomates qui tiraient la gueule, et des concombres très très mous… Les concombres pouvant attendre le lendemain, je me suis concentrée sur les tomates. Il fallait impérativement les cuire, seules quelques unes d’entre elles avaient encore un aspect correct mais auraient été trop molles pour être mangées crues en salade.

Alors j’ai trouvé une recette de tarte dans laquelle on met un chutney de tomate ! Mmmmmmmm, un chutney de tomate… Moi qui adore les chutneys…

Ça me plaît, ça… Je regarde donc de plus près la recette. Et je m’y jette.

Je vous raconte.

Ce chutney de tomate était un des constituants d’une quiche à la tomate, au parmesan et à la mozzarelle, un chutney de tomate à se rouler par terre alors que la tarte, elle, nous l’avons tout simplement trouvée mauvaise. Oui, mauvaise. Peut-être parce que j’avais substitué du Philadelphia au mascarpone initialement prévu ? Je ne sais pas. Mais ce que je sais c’est que c’était pô bon du tout… Le chutney, par contre… Une tuerie ! Avec une viande il doit être à tomber ! Très très sucré, très très acide, une pure merveille. Il ne contient aucune épice, mais un sucre au goût naturellement délicatement épicé, le sucre muscovado… Qui bien sûr s’était totalement pris en bloc dans son paquet et que j’ai dû remplacer par de la vergeoise… Grrrrrrr !!! Un peu moins épicée, mais quand même bien goûteuse.

J’ai utilisé ce chutney pour finaliser la vinaigrette de la salade servie avec la tarte, et avec du canard ou toute autre viande ça doit être un régal.

Sur les photos, vous allez voir cette tarte, elle est bien belle, elle est juste pas bonne… Et vous allez voir la salade avec sa vinaigrette toute particulière et délicieusement parfumée…

Vinaigrette au chutney de tomate

chutney-de-tomate-04

Traduit et adapté d’une recette du magazine Delicious : heritage tomato, cheese and chutney tart with fennel pastry

Je ne vous parlerai pas de la tarte, elle n’était pas bonne du tout.

Commençons par le chutney :

J’ai fait la moitié des proportions données dans la recette d’origine.

350g tomates très mures
125g sucre vergeoise, moitié blonde moitié brune, mais j’aurais aimé faire moitié muscovado, moitié vergeoise, car dans la recette d’origine il est indiqué « light muscovado » (muscovado clair)
125ml vinaigre de vin
2 grosses gousses d’ail
1 piment rouge langue d’oiseau (facultatif)

Hacher grossièrement les tomates.
Peler l’ail (le magazine ne le dit pas mais je pense qu’il faut hacher)
Mettre tous les ingrédients dans une casserole à fond épais.
Mijoter sur feu doux environ 30 à 40 minutes en mélangeant souvent, le chutney obtenu doit être épais, brillant, bref, très réduit. Poursuivre la cuisson si ce n’est pas le cas.
Verser dans un pot stérilisé.
Laisser refroidir au moins 2 heures.

Bon ben ça c’est une mission pour Max le Momix ! Mijoter en touillant, c’est pour lui !
Et en effet…
J’ai tout mis, les tomates entières (j’avais soigneusement ôté – et composté ! – les parties abimées), l’ail pelé juste dégermé, le piment entier avec les graines, dans le bol

chutney-de-tomate-01

et hop, une dizaine de secondes à vitesse 4 et encore quelques secondes à vitesse 8… Puis 40 minutes/température 100°/vitesse 1,5/sans bouchon. Au bout des 40 minutes, c’était très liquide, j’ai rajouté 20 minutes : parfait. Donc il fallait programmer 60 minutes/ temp 100° / Vitesse 1,5 sans bouchon.

chutney-de-tomate-02

Et j’ai réservé dans un bol : chez nous les chutneys, pas besoin de stériliser les pots… Contrairement à la confiture !

chutney-de-tomate-03

Une grande partie du chutney est partie dans la tarte, mais il en restait un peu. Or, quand je l’avais goûté, je lui avais trouvé une idée du vinaigre de prune japonaise, le vinaigre umeboshi. Super acide ! Super fruité ! Du coup, j’ai pensé à ma vinaigrette, elle ferait le lien entre la tarte (que nous n’avions pas encore goûtée…) et la salade servie avec.

Vinaigrette :

Mettre dans un saladier 1 belle pincée de sel, quelques tours de moulin de poivre, 1 ccafé moutarde jaune et 1 ccafé de chutney. Mélanger. Ajouter 1 csoupe de vinaigre de vin rouge, mélanger, puis terminer avec de l’huile d’olive en émulsionnant bien.

chutney-de-tomate-05

Les filaments blancs sur la salade, c’est juste du parmesan râpé, là aussi pour faire le lien avec la tarte…

A tomber, cette vinaigrette !

Au fait, j’oubliais de vous dire : la tarte, on ne l’a pas jetée… Pas même au compost… On l’a mangée ! Pas bonne, mais pas immangeable non plus ! ;-) « 15 jours sous une benne », disait ma grand-mère… ;-)

Bon appétit !

Print Friendly
le blog de Lacath - www.lacath.com - tous droits réservés